Écrire nos romans en musique… ou en silence. Comment font les écrivains en général ?

Vaste question, récurrente, souvent exposées, débattue, avec pour chacun ses préférences ! La musique on l'écoute ou pas en écrivant. Mais est-ce que le silence peut réellement apporté l'inspiration ? Sachant que le silence absolu est techniquement impossible !

L’imagination une vibration au même titre que la musique…

Cela aurait pu être une thèse d’étude scientifique ou même philosophique. Eh bien, non ! Juste un constat et une réalité tangible à mes yeux. L’imagination et la musique fonctionnent sur la vibration, comme beaucoup d’autres choses d’ailleurs. Et cela aide beaucoup, à mes yeux, dans le travail de l’écriture. Le son active certaines zones de notre cerveau, nos neurones s’activent, c’est de la chimie. Et écrire en même temps augmente notre capacité d’imagination ! Mais, attention. Une écoute prolongé et c’est la céphalée (vous savez le mal de tête).

Oui, mais moi, je préfère le silence pour écrire, me diriez-vous ! Oui, c’est une affirmation que vous approuver, qui est vôtre. Mais le terme silence n’est pas adéquate. Disons que vous préférez écrire dans le calme !

Le silence, ce bruit qui dérange !

Écrire dans le silence totale est utopique. Même dans un silence absolue vous percevrez encore le bruit de vos pulsations cardiaque, les tacs-tacs de vos doigts sur le clavier… Vous en serez jamais isolé et le moindre bruit vous ôtera toute capacité de concentration en moins d’une fraction de pensée !

Pas de silence, mais de calme. Donc écrire au calme peut être possible, mais je pencherai plus d’utiliser cette méthode dans les phases de relecture, de corrections de vos textes. Pas pour la phase créative de l’écriture !

La musique adoucie les mœurs 🙂

La musique, c’est bien connue, cela adoucie les mœurs. Je me demande même, si ce n’est pas cela qui a permis l’évolution de l’humanité. On peut facilement imaginer qu’à l’époque lointaine des homo sapiens (voire peut-être avant) la découverte de la musique en tapant un caillou sur un autre caillou en rythme produisait un son sympa. 🙂 Mais je ne suis pas expert en histoire, alors cela reste qu’une supposition. Toutefois, notre cerveau a bien évolué avec le temps et la partie primitive, le cerveau reptilien comme on l’appelle !

C’est un peu sur cette base que j’ai écris le premier jet de mon petit roman Sonate funeste sur Europe, d’ailleurs ! Je voulais explorer ce que la musique pouvait apporter à mon héroïne principale. Dans son attitude, ses remarques, sa vie et jusqu’à son corps aussi.

Sur ce pour finir cette article, quoi de mieux qu’un peu de musique ? 🙂 Je vous laisse découvrir un compositeur que j’adore.

Vous avez aimé cet article, partagez-le ! Un petit geste pour vous, une visibilité pour moi. M'aiderez-vous à me faire connaître ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *